En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

La phobie des dentistes, les causes et comment la surpasser.

L'angoisse de la douleur est innée chez l'homme. C'est une sorte de mécanisme de protection. La phobie des dentistes ou la dentophobie est la peur exagérée de se soumettre au soin dentaire. Une situation qui peut entrainer un mauvais état de santé bucco-dentaire. 


Pourquoi cette peur ?

On peut classer les causes de la peur du dentiste en deux catégories : les expériences directes et les expériences indirectes. La dentophobie peut être provoquée par des mauvaises expériences vécues par le patient chez un dentiste . Les soins dentaires mal conduits, l’insensibilité et la froideur des dentistes sont des situations qui peuvent entraîner des traumatismes impossibles à oublier. Pour les causes indirectes de la dentophobie, elles peuvent être des traumatises psychique ou physique souvent dues à la connaissance des mauvaises expériences des proches chez les dentistes ou les informations négatives concernant la dentisterie. Enfin, le stimulus peut développer la peur du dentiste. Elle peut être due à une mauvaise expérience médicale vécue dans un contexte qui n’a rien à avoir avec les soins dentaires. Par conséquent, on peut être atteint de la crainte des objets photogènes (blouse blanche, odeurs antiseptiques, bruit de la roulette, etc). 


Comment les surmonter ?

La dentophobie peut se traiter une fois que son origine a été déterminée. Puis, on peut faire appel à différentes solutions. On a le choix avec un traitement d’ordre psychologique en faisant appel à un psychothérapeute ou un psychologue. Sinon, il est possible de recourir à l’hypnose lors des soins dentaires. Cette méthode douce consiste à mettre en confiance le patient. Aussi, il est possible de tranquilliser le patient en le mettant sous sédatifs (la sédation par inhalation de protoxyde d’azote ou la sédation médicamenteuse en utilisant des tranquillisants). En cas de dentophobie sévère, l’anesthésie générale peut être requise.