En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Le peeling : nouvelle peau, nouvelle jeunesse

Qui ne rêve pas d’afficher un visage rayonnant d’éternelle jouvence ? Au-delà d’une alimentation équilibrée et d’une bonne hygiène de vie, la peau peut aussi gagner beaucoup avec le peeling.

On parle de peeling lorsqu’on applique sur l’épiderme un produit afin de se débarrasser des couches superficielles de peau. Une telle opération offre une meilleure consistance à votre peau, en particulier pour combattre les conséquences d’une surexposition au soleil. Le peeling mécanique ou gommage est un cas totalement à part, car il peut être réalisé individuellement à domicile, sans le recours à un produit quelconque.


Déroulement du peeling

Le produit appliqué est un acide glycolique ou trichloroacétique qui va provoquer une réaction de la peau pour en exfolier la couche superficielle. Cette « brûlure sous contrôle » permet de détacher de la peau morte et de renouveler ainsi toutes les cellules du visage.

En pratique, le peeling commence par un nettoyage et un démaquillage de la partie concernée, en enduisant la peau d’un liquide comportant déjà de l’acide glycolique, à dose réduite. Le produit est appliqué à l’aide d’un mouchoir ou d’un coton-tige. Tout ceci doit se dérouler sous la surveillance d’un dermatologue, afin que tout risque pour la peau puisse être évité à temps.

Peeling plus ou moins profond

Trois formes de peeling sont à retenir : le peeling superficiel, couramment appliqué à l’aide d’acide glycolique (aussi nommé acide de fruits) permet d’être opérationnel rapidement après l’opération. Les Américains appellent d’ailleurs ce procédé « lunchbreak peels », ou peeling du déjeuner. On y a recours pour remédier à des problèmes de teint blême, et de pores trop dilatés. Le peeling superficiel se fait généralement en plusieurs séances pour les besoins d’une cure.

Le peeling moyen est davantage préconisé pour revitaliser les peaux des fumeurs, celles endommagées par le soleil et celles des sexagénaires les plus ridés. On y applique de l’acide trichloroacétique. En plus de ne pas être effectué souvent, le peeling n’est pas conseillé aux personnes bronzées par leurs vacances, car elles doivent attendre de reprendre leurs couleurs normales. Les peaux fragiles ainsi que les personnes souffrant de lentigo et de couperoses ne doivent pas non plus effectuer un peeling moyen, car elles risquent des complications suite à l’application d’acide trichloroacétique. Cette technique est idéalement à effectuer en automne ou en hiver, et le patient devra ensuite demeurer à l’abri des lumières du soleil pendant plusieurs mois.

Quant au peeling profond, On applique du phénol qui va brûler la peau, ce qui requiert une anesthésie. Les risques de dommages irrémédiables sont plus importants et cela peut même avoir un impact sur les reins ou le cœur, l'opération se déroule parfois sous contrôle cardiaque due à la toxicité du produit. Le patient est susceptible de développer plus tard  de la dépigmentation (taches blanches impossibles à cacher) et de l’hyperpigmentation (taches brunes).  

Somme toute, un traitement au laser s’avère parfois moins risqué que le peeling profond, tout en offrant des résultats souvent plus nets.