Comment rétablir une bonne fermeture de la bouche

Publié le 28/06/2017 Ecrit par Dentylis

Dans un langage plus technique, on parle d’occlusion dentaire. Aujourd’hui, les solutions adoptées pour la résolution de ce type de problème ont beaucoup évolué. 


Les problèmes d’occlusion dentaire

Le terme occlusion dentaire est employé pour désigner un mauvais positionnement des dents maxillaires avec les dents mandibulaires quand la bouche est fermée. Lorsque l’on remarque des imperfections au niveau de l’engrènement des dents, on dit qu’il y a problème d’occlusion. Le rétablissement de celui-ci fait alors intégralement partie des pratiques orthodontiques. L’origine de ce type de troubles diffère d’un cas à un autre. Par conséquent, les traitements adoptés ne sont pas les mêmes. En fait, il est indispensable de faire une étude de l’occlusion ainsi que des articulations temporo-mandibulaires avant d’entamer un traitement. Dans le cas où l’origine du problème serait perçue à ce niveau, il n’est pas conseillé de considérer la tête articulaire comme étant le point d’ancrage pour procéder au repositionnement des dents. Auparavant, les spécialistes ont agi de manière à ce que l’action mécanique des mandibules soit rétablie. Ils font alors en sorte que la bouche retrouve une position de référence afin que les dents puissent être correctement mises en contact. Mais, après une étude approfondie des articulations des arcades maxillaires et mandibulaires, il est parfois nécessaire de recourir à des interventions chirurgicales.


Autres formes d’occlusion

Chez les enfants, on remarque parfois une dissymétrie fonctionnelle. Il s’agit d’un cas où la mastication est plus facile sur un seul côté. Cela peut alors entraîner une déformation au niveau de la morphologie du visage. En effet, l’os qui se trouve du côté où la mastication est plus favorable est le plus stimulé. Sa croissance est donc plus importante. Il est possible de rétablir cette imperfection jusqu’à l’adolescence. L’intervention consiste à faire en sorte que la croissance de l’os le plus stimulé soit freinée, et que celle de l’autre soit provoquée. Une fois l’adolescence passée, il est nécessaire de réaliser une intervention chirurgicale.   

Actuellement, les opérations sont moins désagréables pour les patients. En effet, elles ne requièrent plus que 4 à 5 jours d’hospitalisation contre environ 5 semaines auparavant.



Article rédigé par :


Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


Les dossiers en relation

Tout près de chez vous !

7 centres Dentylis vous accueillent en Île de France et en province

Trouvez votre centre Dentylis

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.